Keith Haring au Musée d’Art moderne : l’hommage à l’icône du pop-art

A partir du 19 avril et jusqu’au 18 août 2013, le Musée d’Art moderne de Paris présente  « Political line », une rétrospective des œuvres du peintre américain Keith Haring, icône du pop-art graffiti, mort du sida à 31 ans. Un évènement.

Ce ne sont pas moins de 250 œuvres de Keith Haring, réalisées sur toile, sur bâche ou dans le métro, qui vont être présentées au public à partir de demain, au Musée d’Art moderne.

Une rétrospective de grande envergure, l’une des plus importantes jamais réalisées sur cet artiste, qui permettra d’appréhender l’importance de son œuvre et plus particulièrement la nature profondément « politique » de sa démarche.

Un style reconnaissable entre tous

Né en 1958, mort du Sida en 1990, Keith Haring fut l’un des maitres du pop-art graffiti et l’un des artistes les plus célèbres de son époque, reconnaissable encore aujourd’hui grâce à son style incomparable.

Un style qui met en avant la « griffe Haring », répétition infinie de formes synthétiques soulignées de noir avec des couleurs vives, éclairantes, sur différents supports. Un récit permanent où l’on retrouve des bébés à quatre pattes, des dauphins, des postes de télévision, des chiens qui jappent, des serpents, des anges, des danseurs, des silhouettes androgynes, des soucoupes volantes, des pyramides ou des réveils en marche, mais aussi la sexualité et la pulsion de mort…

Un artiste très engagé

Artiste subversif et militant, Keith Haring a multiplié les engagements. Ses « subway drawings » réalisés dans le métro, ses peintures, ses dessins et sculptures, étaient porteurs de messages de justice sociale, de liberté individuelle.

Le parcours de l’exposition et les œuvres présentées rappellent qu’il n’a cessé de lutter contre le racisme, toutes sortes d’injustice et de violence, notamment l’Apartheid en Afrique du sud, la menace nucléaire, la destruction de l’environnement, l’homophobie et l’épidémie du sida.

L’espace artistique du « Centquatre » prolonge la rétrospective en présentant les œuvres grand format de l’artiste, notamment l’une de ses plus importantes, Les Dix Commandements, créée en 1985, une pièce monumentale composée de dix panneaux de sept mètres de haut, inspirée de la Bible et réinterprétée par le créateur.

Musée d’Art moderne : 11, avenue du président Wilson, 75016 Paris.
Plus d’infos : http://mam.paris.fr/ ou http://www.104.fr/

Ateliers du Père Lachaise : les artistes vous accueillent

En ouvrant leurs portes du 18 au 20 mai 2013, les Ateliers du Père Lachaise proposent au public une plongée artistique au cœur du 20e arrondissement de Paris. Peintres, sculpteurs, graveurs, photographes… vous accueillent dans leurs univers. L’occasion de découvrir des œuvres, des talents, tout en faisant une balade atypique dans Paris.

Les Ateliers du Père Lachaise Associés (APLA) se préparent à ouvrir leurs portes pour la 25e année consécutive.

Créée en 1988, l’association regroupe des artistes dont les ateliers sont situés entre le mur sud du Père-Lachaise, la rue des Pyrénées, le Boulevard de Charonne, la rue d’Avron et les environs proches, dans le sud du 20e arrondissement de Paris.

Pour cette édition 2013 des portes ouvertes, pas moins de 64 artistes (peintres, sculpteurs, graveurs, photographes), tous reconnus pour la qualité de leur travail, seront présents pour accueillir le public lors de ce rendez-vous bisannuel qui conjugue  balade parisienne atypique avec découverte d’ateliers ou de galeries-boutiques.

A la rencontre des artistes

Dans chaque lieu, les artistes expliqueront leur démarche, feront découvrir leurs œuvres et leur univers. Les visiteurs pourront ainsi découvrir les techniques artistiques, les outils, le matériel, et repartir, en cas de coup de cœur, avec un œuvre, car elles sont toutes à vendre.

L’association a proposé aux artistes qui le souhaitent de choisir une personnalité reposant au Père Lachaise et de créer une œuvre qui lui rendrait un hommage personnel. Ces œuvres seront exposées et visibles dans leurs ateliers durant les trois jours de portes ouvertes.

Le 20e arrondissement en lumière

La déambulation est libre et chacun peut déterminer son parcours en fonction de ses souhaits. Un parcours qui réserve de bien belles surprises.

En effet, les journées portes ouvertes des Ateliers ne mettent pas seulement l’art en lumière, c’est tout le 20e arrondissement que cette manifestation place sous les projecteurs, comme l’expliquent les responsables : « Le quartier de la Réunion, compris entre le mur sud du Père Lachaise, le Boulevard de Charonne, au Nord-est : Porte de Bagnolet et Nation renferme de nombreux trésors : les passages bucoliques, les maisons en meulière, les vieux immeubles pleins de charme, les petites places, les squares tapis dans la verdure ou les architectures ultra-modernes. Certains endroits sont des coins de campagne alors que d’autres sont pleins d’animation ».

Ce sont tous ces contrastes, si caractéristiques du 20e, que les portes ouvertes invitent aussi à découvrir.

Portes ouvertes des Ateliers du Père Lachaise : les 18, 19 et 20 mai 2013.
Plus d’infos sur les ateliers et le parcours : http://www.apla.fr/

Balades dans les plus beaux espaces verts de la capitale

Avec près de 25 hectares, le parc des Buttes Chaumont, dans le 19e arrondissement, est l'un des plus grands espaces verts de Paris

Paris est riche de son patrimoine et de son histoire. Mais si, aux beaux jours, la perspective de vous enfermer dans un musée ne vous tente pas, et que vous cherchez une autre idée de sortie, n’oubliez pas que Paris c’est aussi la capitale la plus boisée d’Europe avec plus de 400 parcs et jardins. Balade dans les plus beaux espaces verts de la capitale.

Squares, jardins, parcs, esplanades, potagers, arboretum… Paris possède un patrimoine écologique, historique et esthétique exceptionnel.  Vous trouverez ces espaces verts dans tous les arrondissements. Et la balade est formidable.

Avec pour décor des arbres exotiques, des parterres soignés, des fontaines, des plans d’eau, des sculptures, des kiosques où des orchestres se produisent régulièrement…, ces petits ou grands coins de nature parisiens vous offrent des moments de détente inégalables en plein cœur de la bouillonnante capitale.

 Des plus petits aux plus grands

Evidemment, vous apprécierez la balade dans les grands sites célèbres, comme les Jardins du Palais Royal, du Luxembourg, du Champs de Mars, des Tuileries, les Bois de Vincennes ou de Boulogne, le Parc André-Citroën…

Mais vous adorerez flâner également dans des lieux moins majestueux, comme le Parc Georges Brassens (dans le 15e arrondissement), le Square de la Tour Saint-Jacques (dans le 4e arrondissement), dans les Jardins d’Eole (dans le 18e), ou le Jardin Serge Gainsbourg (dans le 19e)…

Du Parc des Buttes Chaumont au Parc de Bercy, du Jardin des Halles à la Promenade Plantée, la liste des espaces verts parisiens est impressionnante. Pour mieux les connaître et organiser votre promenade, des visites guidées sont mises en place dont les programmes sont disponibles dans les mairies et dans les points d’accueil de l’office de tourisme de Paris.

Les royaumes des enfants

Les enfants sont particulièrement gâtés puisqu’au détour d’un square ou d’un jardin, vous tomberez sur des promenades en poney, des balançoires, des manèges, des spectacles de Guignol, des aires de jeux …

Certains jardins, par les activités qu’ils proposent, sont véritablement devenus le royaume des enfants, et notamment le Parc Floral, le Jardin des Plantes, le Jardin d’Acclimatation et le Jardin des Halles.

Et quand vous aurez découvert et apprécier l’essentiel des espaces verts parisiens, la grande manifestation « Rendez-vous au jardin », vous permet d’en savoir encore plus sur le sujet, puisqu’à cette occasion, durant 3 jours, plus de 2200 parcs et jardins en France ouvrent leurs portes dont 400 à titre exceptionnel.

Plus d’infos : http://www.paris.fr/pratique/paris-au-vert/parcs-jardins-squares/p4952

Nuit des musées : un autre regard sur le patrimoine

Cette année, la Nuit européenne des musées, organisée dans toute la France par le ministère de la Culture, aura lieu le 18 mai. De nombreux hauts lieux de la capitale vous accueillent en soirée gratuitement et vous proposent de porter un autre regard sur un patrimoine muséal exceptionnel.

Musique, théâtre, gastronomie, conférences, concerts, cinéma… les arts envahissent les musées dans la soirée du samedi 18 mai 2013 pour la 9e édition d’une manifestation haute en couleurs : La Nuit des Musées.

Pour cette nouvelle édition, plus de 3000 musées ouvrent gratuitement leurs portes en Europe, dont 1300 en France, et vous proposent de découvrir à une heure insolite la richesse et la diversité de leurs collections, dont leurs plus grands chefs-d’œuvre classiques ou contemporains.

Paris se met bien évidemment sur son 31 pour offrir un vaste programme à ses visiteurs du soir. Soirées thématiques, visites inattendues, son et lumières, concerts, projections, spectacles, circuits nocturnes… une foule d’animations surprenantes, ludiques, scientifiques, pédagogiques…  jalonneront cette nuit où les musées participants seront accessibles gratuitement aux visiteurs.

La Nuit européenne des musées, organisée par le ministère de la Culture et de la Communication, est placée sous le triple patronage du Conseil de l’Europe, de l’UNESCO et de l’ICOM.

Le public répond toujours massivement à ce grand évènement. En 2012, ce sont 1304 musées français et 2021 musées européens qui avaient participé à cette grande nuit festive. En France, plus de 2 millions de noctambules curieux avaient profité de cette occasion unique d’investir les salles d’exposition et de participer aux quelque 5000 animations.

Plus d’infos : www.nuitdesmusees.culture.fr/

Festival à Paris : l’Imaginaire fleurit au printemps

La 17e édition du Festival de l’Imaginaire bat son plein depuis quelques jours dans plusieurs lieux emblématiques de Paris. Un évènement qui dure jusqu’au 29 juin 2013 et qui célèbre, cette année, le 10e anniversaire de la convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Musiques, danses, spectacles, conférences, expositions, performances, rituels… le Festival de l’Imaginaire est un rendez-vous haut en couleurs, qui ouvre sa scène aux peuples et civilisation du monde contemporain et à leurs formes d’expressions les plus rares.

Chaque année, jeunes créateurs comme grands maîtres des arts sont invités à participer à l’évènement qui se tient dans des hauts lieux de la capitale comme Le Louvre, le Quai Branly, le Théâtre équestre Zingaro, le Théâtre de la Ville, l’amphithéâtre Bastille de l’Opéra ou l’Institut du monde arabe.

L’envie de partager

Créé en 1997, à l’initiative de la Maison des Cultures du Monde, le Festival de l’Imaginaire, fédère chaque printemps plusieurs institutions parisiennes, régionales et européennes « autour de l’envie de partager avec le public l’étonnante richesse des fêtes, jeux, rituels et spectacles dans lesquels l’homme se met en représentation ».

Le Festival de l’Imaginaire est aussi un espace de réflexion. Colloques, tables rondes et conférences-démonstrations, sur des thèmes culturels ou des faits de société, sont autant d’événements qui permettent au festival de proposer « de nouveaux repères et permettent d’élargir notre vision du monde ».

Et enfin,  comme le souligne Arwad Esber, directrice de la Maison des Cultures du Monde, « avec Shime Shigeyama grand maître de kyôgen, avec plusieurs générations d’artistes bretons qui animeront un grand fest-noz et avec la cérémonie soufie des mevlevi du couvent de Silivrikapi », le Festival, c’est aussi et surtout « le rire, la fête et la spiritualité pour faire un pied-de-nez à la cruauté du monde. »

Festival de l’imaginaire : jusqu’au 29 juin 2013.
Plus d’infos : www.festivaldelimaginaire.com/

Musée Jacquemard-André : sur les pas d’Eugène Boudin

Fête dans le port d'Honfleur, de 1858. Washington, National Gallery of Art, Collection of Mr & Mrs Paul Mellon

Le Musée Jacquemart-André met en lumière la vie, le talent et les œuvres d’Eugène Boudin lors d’une exposition exceptionnelle qui se tient jusqu’au au 22 juillet prochain.
L’occasion de mieux connaître celui que Monet considérait comme son maître et l’un des précurseurs de l’impressionnisme.

Le Musée Jacquemart-André rend un vibrant hommage à Eugène-Boudin en exposant une soixantaine de peintures, aquarelles et dessins de l’artiste. Une exposition unique qui a pu être réalisée grâce aux prêts exceptionnels accordés par de grands musées américains.

Pour cette exposition, le Musée Jacquemart-André a également bénéficié du concours de musées étrangers, tels le Museo Thyssen-Bornemisza et le Musée national des beaux-arts du Québec, et du soutien des musées d’Art moderne André-Malraux du Havre et Eugène-Boudin d’Honfleur, qui possèdent les plus grands fonds d’œuvres de l’artiste en France.

Cette exposition est un vibrant hommage à l’artiste Eugène Boudin. Au travers de son œuvre, le peintre emmène le visiteur en voyage : de Honfleur, sa ville natale, à Venise, qu’il découvrira à la fin de sa vie, en passant par les plages mondaines de Trouville, la Bretagne, Bordeaux, Dunkerque, Rotterdam…

Il fut l’un des premiers artistes français à poser son chevalet hors de l’atelier, à s’installer en plein air pour peindre les scènes de plage ou autres paysages.

Monet reconnaissait : « Je dois tout à Boudin »

A la fin 1860, ce grand voyageur est un des seuls artistes français présent sur le marché de la peinture de marines où il remporte un succès considérable.

Parmi ses admirateurs, Baudelaire, et Monet qui disait à la fin de sa vie : « Je dois tout à Boudin ». Parmi ses acheteurs,  des grands noms de la scène, comme Feydeau ou Tourgeniev, mais aussi des auteurs, comme Dumas-fils.

Il deviendra le maître incontesté des représentations de ciels, d’où le surnom que lui donnera Corot de « Roi des ciels », titre que Monet continuera de lui attribuer encore dans les années 1920.

Mais Eugène Boudin ne s’est pas cantonné aux représentations de paysages, de ciels, de lumière, il a également retranscrit une vision poétique du quotidien.

Les amateurs américains se sont rapidement intéressés à Boudin. Dès 1896, il fait partie des peintres présentés lors de la grande exposition impressionniste organisée à New York. Voilà pourquoi ses plus beaux tableaux, se trouvent aujourd’hui dans des collections américaines.

Cette rétrospective est la première présentée par une institution française depuis la fin du XIXe siècle.

Exposition Eugène Boudin : Musée Jacquemart-André, 158, boulevard Haussmann, 75008 Paris.
Plus d’infos : www.musee-jacquemart-andre.com/

Salon international du livre ancien, de l’estampe et du dessin

L'une des plus prestigieuses manifestations du genre au monde et un trésor pour la mémoire collective

C’est l’une des plus prestigieuses manifestations du genre au  monde : le Salon international du livre ancien, de l’estampe et du dessin a lieu du 26 au 28 avril 2013, à Paris, dans la Nef du Grand Palais.

Le Salon international du livre ancien, de l’estampe et du dessin est un rendez-vous exceptionnel, organisé par le Syndicat national de la librairie ancienne et moderne et placé sous le patronage de la commission française de l’Unesco.

Pour cette édition 2013, l’évènement accueille 150 exposants venus du monde entier, tous affiliés à la Ligue internationale de la Librairie ancienne, et 50 galeristes d’estampes et de dessins, tous membres de la Chambre syndicale de l’estampe, du dessin et du tableau.  

Autant de professionnels passionnés dont l’objectif est de faire découvrir un patrimoine écrit inestimable. Cet évènement culturel est un paradis pour les collectionneurs et une source d’enrichissement pour le public néophyte qui pourra flâner dans une immense librairie riche de milliers de documents d’une prodigieuse diversité. 

Des milliers de documents rares, insolites, modernes ou anciens

Cartes anciennes, manuscrits originaux, livres rares ou insolites,  reliures, manuels, photographies, estampes anciennes ou modernes… le Salon est un livre ouvert sur notre mémoire collective.

Cette année, l’invitée d’honneur du Salon (créé en 1984),  est  la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle et ses chefs-d’oeuvre. C’est donc tout naturellement que le thème de « La connaissance du cosmos, de la biodiversité et de l’homme dans son environnement » a été retenu.

Dans l’espace « Estampes et dessins », un éventail très large d’œuvres d’art sur papier sera présenté : estampes et dessins anciens de Dürer à Goya, estampes et dessins  modernes de Delacroix à Baselitz, estampes contemporaines,  affiches ou estampes japonaises…    

Ce salon prestigieux, qui trouve un écrin de choix dans ce lieu somptueux, est l’occasion de découvrir les plus beaux ouvrages, mais également pour le public de faire l’acquisition de pièces historiques d’exception.

Salon international du livre ancien, de l’estampe et du dessin : Du 26 au 28 avril 2013. Nef du Grand Palais, avenue du Général Eisenhower, 75008 PARIS.
Tel :  01 43 29 46 38
Plus d’infos : http://www.salondulivreancienparis.fr/

Hôtel Auteuil Tour Eiffel : le calme au coeur de Paris

Un établissement calme, situé entre une rue tranquille et des jardins privés (© photo : Hôtel Auteuil Tour Eiffel)

Hôtel Auteuil-Tour Eiffel : 8-10, rue Félicien David, 75016 Paris.
Tel : 01 40 50 57 57
Plus d’infos : Photos, tarifs

L’Hôtel de luxe Auteuil Tour Eiffel est un 4 étoiles de charme situé dans un quartier paisible du très chic 16e arrondissement de Paris.

L’Hôtel Auteuil Tour Eiffel bénéficie d’une situation privilégiée, entre une rue calme et des jardins privés, à 10 mn en voiture du Parc des expositions  de la Porte de Versailles, et à proximité du stade de Roland Garros, du Parc des Princes, de l’Hippodrome d’Auteuil ou encore de la Tour Eiffel.

Un emplacement qui conviendra aussi bien aux visiteurs en séjour touristique qu’aux voyageurs d’affaires. D’autant que le réseau de transport en commun tout proche (la station de métro Mirabeau est à 500  m et la station RER à 600 m) place l’hôtel à quelques minutes des célèbres sites touristiques comme des sièges sociaux des grandes entreprises.

Dans une atmosphère cosy et élégante, l’Hôtel Auteuil Tour Eiffel vous propose 94 chambres claires, spacieuses et confortables. Leur design contemporain et leurs tons pastels en font des cocons chaleureux et lumineux.

Pour vous assurer repos et bien-être pendant votre séjour, toutes les chambres sont climatisées, bien insonorisées et disposent de l’équipement moderne que se doit de proposer un hôtel de cette catégorie : salle de bain privative, télévision avec chaînes  satellite, minibar, Wi-Fi gratuit, coffre-fort…

Trois catégories de chambres vous sont proposées :
- La chambre standard, avec un lit double (ou deux lits jumeaux), donne sur la rue Félicien David, une artère calme de ce quartier.
- La chambre supérieure, d’une superficie de 23 m2, propose un lit double (ou deux lits jumeaux). Elle  donne sur la cour et dispose d’un coin salon.
- La Juniors Suite, d’une superficie de 30 m2, dispose d’un lit double et possède, elle aussi un charmant coin salon.

De 11 à 23 heures, les portes du Bistrot Mirabeau vous sont ouvertes pour un déjeuner ou un dîner sur le pouce. Vous pourrez faire votre choix au fil d’une carte simple et variée.

Aux beaux jours, une terrasse est à votre disposition pour déguster votre petit-déjeuner ou pour vous détendre à toute heure de la journée en lisant la presse mise gratuitement à votre disposition. Le petit-déjeuner peut également être servi en salle ou dans votre chambre.

Et le soir, après une journée passée dans le tumulte parisien, le bar de l’hôtel vous accueille dans une ambiance feutrée… et musicale, puisque l’hôtel peut mettre à votre disposition un piano pour un bœuf entre amis.

La réception est ouverte 24 h sur 24. L’hôtel dispose également d’un espace affaires de 70 m2, d’un parking privé, et propose un service de location de voitures, et un bureau d’excursion avec billetterie.

L’Hôtel de luxe Auteuil Tour Eiffel est donc un pied-à-terre idéal que vous soyez à Paris pour découvrir les merveilles de la capitale ou pour un séjour professionnel.

 

Evènement : « Titanic, l’exposition » débarque à Paris

Une exposition pour tout savoir sur le Titanic, de sa construction aux recherches entreprises dans l'océan

Cette exposition a des allures d’évènements : « Titanic, l’exposition » qui a déjà été vue par 25 millions de visiteurs dans le monde depuis 18 ans, arrive à Paris.
Rendez-vous au Parc des Expositions de la Porte de Versailles du 1er juin au 15 septembre 2013.

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic, immense paquebot présenté à l’époque comme insubmersible, sombrait, causant la mort de 1500 passagers.

Plus de 100 ans après le naufrage, une  exposition exceptionnelle baptisée sobrement « Titanic, l’exposition » retrace l’histoire de l’unique voyage du palace flottant, à partir du 1er juin au Parc des Expositions de la Porte de Versailles.

Dès l’entrée, le visiteur reçoit une réplique de la carte d’embarquement avant d’être dirigé dans l’univers reconstitué des cabines du célèbre navire. Le voyage à travers le temps peut commencer…

Le fruit des expéditions de recherches

Le  public pourra découvrir près de 300 reliques du navire, des récits de passagers, divers documents, des objets  (comme de la porcelaine de Chine portant le logo de la White Star Line)…

A travers les nombreuses pièces d’exposition, vous pourrez tout connaître du Titanic, de la construction du navire,  à son inauguration, en passant par la vie à bord, la collision avec l’iceberg…  Un dernier volet met également en lumière les expéditions de recherches destinées à récupérer les objets au fond de l’océan. Ce sont plus de 5500 objets qui ont ainsi pu être retrouvés sur le site du naufrage.

Chicago, Londres, Los Angeles… et maintenant Paris, cette exposition itinérante a déjà été présentée dans les plus grands musées du monde et des milliers de visiteurs ont déjà pu s’émouvoir devant le destin tragique  de ces centaines de passagers embarqués sur ce qui était alors le plus grand et le plus beau paquebot du monde.

Titanic, l’exposition : Du 1er juin au 15 septembre 2013. Au Parc des expositions de la Porte de Versailles, 75015 Paris.

Au musée Montmartre : « Autour du Chat Noir » ou les arts et plaisirs d’une époque

Depuis septembre 2012, le musée de Montmartre présente un exposition temporaire exceptionnelle « Autour du chat noir, arts et plaisirs à Montmartre 1880-1910 ».
L’évènement connait un tel succès que l’exposition, qui devait s’achever en janvier dernier, est prolongée jusqu’au dimanche 2 juin 2013.

C’est une exposition unique sur le premier cabaret littéraire, artistique et musical à Paris qui se tient actuellement au musée Montmartre.

L’exposition « Autour du chat noir, arts et plaisirs à Montmartre 1880-1910 » évoque l’atmosphère du célèbre cabaret au travers de quelque 200 œuvres d’Henri de Toulouse-Lautrec, Edouard Vuillard, Théophile-Alexandre Steinlen, Adolphe Willette, des Nabis et des Symbolistes, une reconstitution du théâtre d’ombres et des accompagnements musicaux (Bruant, Yvette Guilbert).

Sans oublier le divertissement et la bohème artistique montmartroise représentés par le cirque Fernando, le Moulin Rouge et le Bal Tabarin.

Un lieu mythique de la vie parisienne

Lieu mythique situé au pied de la butte  Montmartre, Le Chat Noir a été fondé en 1881 par Rodolphe Salis. C’est alors le premier cabaret littéraire, artistique et musical d’avant-garde à Paris, un lieu d’innovation et d’improvisation, où se succèdent sur la scène chansons, boniments et théâtre d’ombres. 

L’exposition, dont l’ironie, l’humour et la satire font partie intégrante, conte quelques anecdotes. On y apprend par exemple que c’est ici que pour la première fois, un piano est autorisé par la police. Les pianistes s’y succèderont : Paul Delmet et Albert Trinchant. Erik Satie, Claude Debussy et Gustave Charpentier.

Lors de cette exposition temporaire exceptionnelle, les visiteurs pourront juger par eux-mêmes si, comme le disait le fondateur, « Le Chat Noir est le cabaret le plus extraordinaire du monde ».

Cette exposition est également l’occasion pour les visiteurs de découvrir ou redécouvrir le musée Montmartre, né de la volonté de préserver la culture et l’histoire de la Butte Montmartre. Le musée s’est installé en 1960 dans l’une des plus anciennes demeures de la Butte, le Manoir de Rosimond, du XVIe siècle, où ont vécu de nombreuses personnalités parmi lesquelles Renoir ou Utrillo. 

Musée Montmartre : 12-14, rue Cortot, 75018 Paris.
Plus d’infos : www.museedemontmartre.fr